Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Engwiller avant la Révolution française 1

5 Février 2017

Reproduction d’un article rédigé par M JUNG Edmond dans les DNA :

Comment Engwiller était administrée avant la Révolution française

Dans le comté de Hanau-Lichtenberg, le village d’Engwiller faisait partie du baillage de Pfaffenhoffen, mais jouissait d’une large autonomie. A la tête du village se trouvait le Meyer (maire), appelé aussi Schulz (Schultheiss) ou Stabhalter. A ses côtés se tenaient son compagnon (adjoint), les échevins (membres du conseil de la commune) et les notables. Il en fut ainsi jusqu’à l’introduction des lois révolutionnaires du 10 février 1790 qui abolit les anciennes dignités et créa la municipalité, avec à sa tête le maire, l’adjoint, le conseil municipal et les notables. : dans un décret français de 1791 on rencontre aussi le nom bourgmestre.

Le maire était élu tous les ans, puis n’était plus éligible pendant 3 ans. Les nobles ne furent jamais élus maires : c’était toujours un paysan ou un maître artisan qui occupait ce poste. Le jour de l’élection du maire était une réjouissance pour les jeunes et les vieux. Chaque citoyen recevait du vin et du pain blanc, même les enfants des écoles.

Le maire devait rendre compte de toutes les dépenses et recettes : son secrétaire faisait la comptabilité. Les recettes consistaient en le revenu du bois vendu de la forêt communale, et du bois des citoyens. Celui qui possédait une maison, une grange, une cave sur le territoire communal payait chaque année une certaine somme pour l’impôt foncier. Celui qui voulait construire une maison, une étable, une grange, recevait le bois de la forêt communale, moyennant une certaine somme. C’est pourquoi toutes les vieilles maisons du village sont construites en chêne.

A ces recettes s’opposaient les dépenses suivantes : le traitement du maire et de son compagnon, les céréales du pasteur, le traitement et les céréales de l’instituteur, le traitement de l’agent communal, du veilleur de nuit, des sages-femmes, du garde forestier, des 2 gardes champêtres, du cantonnier et chef des hommes de corvée, l’entretien des maisons communales et des maisons de

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article