Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Engwiller avant la Révolution française 2

5 Février 2017

bergers, l’administration des pauvres, et enfin le pain et le vin le jour du maire et les jours de corvée. En outre, le maire nommait aux fonctions publiques : gardes, porchers, berger, gardien des oies. Le porcher obtenait de la commune la jouissance d’un arpent et demi de champ dans la « Taumatt » et au « Hardtel » et, des citoyens, du blé et de l’argent. Le berger et le gardien des oies étaient payés par les citoyens. C’est en automne qu’on faisait les comptes avec les divers gardiens.

Chaque citoyen obtenait gratuitement de la forêt communale le bois pour son ménage. Cependant, à cette époque, les forêts n’étant pas du domaine de la loi, il était interdit, sous de hautes peines, de vendre à l’extérieur du bois communal. La moindre faute concernant le bois était punie par le maire d’une forte peine dont le montant alimentait la caisse des pauvres. Les citoyens devaient abattre le bois par corvées, nettoyer les jeunes chênes, prendre soin des plantations, enlever les épines des buissons, sous la surveillance du garde-forestier et du chef de groupe. Une fois l’an arrivait le maître forestier de la seigneurie pour inspecter la forêt, et touchait pour cela des indemnités. Le maire devait aussi rendre des comptes de l’administration de la forêt : ils étaient vérifiés chaque année et signés par le bailli.

L’argent des peines pour délits forestier et agricole était destiné à la caisse des pauvres et servait à secourir de vieilles personnes démunies. Lors des mariages et des enterrements on distribuait aux pauvres de la soupe, de la viande, du vin et du pain.

Une corde (4 stères) de hêtre valait 1 schilling (12 Pfennig), une corde de beaux troncs de chêne 5 schillings, des chevrons 6 pfennigs la pièce.

A la tête du baillage de Pfaffenhoffen, dont dépendait Engwiller, se trouvait la plus haute personne juridique, le bailli, nommé par le comte. A ses côtés, le vice-bailli ou administrateur du baillage, issu de la noblesse établie aux environs. Les maires et les tribunaux étaient placés sous leur autorité.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article