Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Engwiller avant la Révolution française 3

5 Février 2017

Vers 1744 les 3 baillages de Pfaffenhoffen, Ingwiller et Neuwiller étaient réunis sous un seul bailli qui avait son siège à Ingwiller. Les derniers tenants de cette dignité furent, avant la suppression des baillages à l’époque de la Révolution, les sieurs Geiger, père et fils. Le bailli fut remplacé pendant la Révolution française par le juge de paix, dont les tâches administratives, cependant, passèrent au sous-préfet. La création de départements d’une superficie à peu près égale dans toute la France eut comme premier avantage et comme première justification qu’aucun lieu n’en était plus éloigné, pour le préfet, de plus d’une journée de cheval.

La chancellerie au pouvoir rédigeait également la loi morale religieuse, bien sévère pour nos conceptions actuelles : son exécution relevait des pasteurs et de quelques censeurs ecclésiastiques. La pénitence publique consistait en l’exclusion des grands pêcheurs hors de la communauté des fidèles. Si le membre exclu demandait sa réintégration, cela se pratiquait à la fin d’une heure de prière. Après le commentaire d’un texte de pénitence et le chant d’un cantique qui devait préparer la communauté, la personne en question s’approchait de l’autel en habits de sainte cène pour entendre les exhortations du prêtre et pour promettre de s’améliorer. Cette pénitence publique était considérée par la communauté comme infamante, et pour y échapper plus d’une fille devint infanticide. Vers la fin du XVIIIème siècle elle fut transformée en pénitence silencieuse et bientôt totalement supprimée.

(Pour la fille infanticide, voir la légende de la Dame Blanche – suite)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article