Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Pfingstebuewe

5 Février 2017

Même les plus petits font le tour du village avec un chant plus court :

« Do komme, do komme die arme, arme Pfingstebattelbuewe,

Die welle a Hafe voll ‘kochti Ruewe,

‘Kochti Ruewe senn net guet:

Liewer a alter Schaïwhuet ! »

Autrefois les journaliers, les valets de ferme n’avaient pas la vie facile. Les responsables ecclésiastiques ont sans doute accordé à ces pauvres gens un jour férié. D’où la coutume : les valets avaient le droit de demander des œufs, du lard et du vin et de faire la fiesta pendant une journée de repos.

Quand ce sont les garçons de 14 ans et moins qui ont pris le relai, on a vu des cas d’ivresse et on a supprimé le vin. Par la suite, certains habitants, n’ayant plus de poules, donnaient volontiers de l’argent ou des friandises. Vous l’aurez sans doute compris : moi aussi j’étais Pfingstebue !

A midi, une mère de Pfingstebuewe faisait frire le lard et versait par-dessus les œufs battus, c’était un festin, même si certains se sentaient mal en fin d’après-midi !

Cette coutume était bien vivante à Engwiller, comme dans les villages alentours du comté de Hanau-Lichtenberg.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article