Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Pfingstenknaacht

5 Février 2017

C’est une vieille tradition : avant Pentecôte, les écoliers vont demander l’autorisation, au garde-forestier, le droit d’abattre un jeune sapin. Le dimanche de Pentecôte, les garçons cueillent des fleurs sauvages, d’autres demandent des fleurs aux personnes ayant de beaux jardins, pour en faire des guirlandes. Les filles vont décorer le sapin avec toutes ces fleurs. Ce dernier sera enfermé dans une grange et gardé par les « Pfingstknaben » durant toute la nuit du dimanche au lundi.

Le lundi matin, ils se barbouillent de couleurs, ce n’est que le « Marder » qui sera peinturluré de noir. C’est le responsable des Pfingstebuewe. C’est lui qui a la charge de frapper à la porte des maisons avec un « Bopfel », bâton sculpté, terminé par un gros nœud. On entend des tintements de clochettes et un chant :

« Da komme, da komme die arme, arme Pfingsteknacht

Die wollen haben ehr Pfingstenracht.

Das Soll die Bauern nicht verdriessen,

Ein halb Maas Wein zum Fenster naus Giessen.

Dréj Aier, un Spack,

Vun de Mohr e sitt ewag,

Ein halb Maas zum Kübel hinein,

Dann wollen wir alle zufrieden sein.

Dréj Aier eruss,

Odder mir scheke de Marder ins Hiehnerhuss!”

Les Pfingstebuewe ne désirent qu’un peu de vin, 3 oeufs, un morceau de lard, faute de quoi ils envoient la martre chercher les œufs au poulailler.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article